2020, année de l’eSport en France ?7 min read

2020, année de l’eSport en France ?7 min read

L’année 2019 a été riche en émotions pour les amateurs de jeux vidéo. 2020 risque d’être une nouvelle fois un grand cru avec en point de mire la stabilité de l’eSport. Chaque année, les chiffres ne cessent de grandir. Selon France eSport dans une étude de Médiamétrie, plus d’1,3 millions de français jouent régulièrement aux compétitions en ligne. Plus de 7 millions regardent ces compétitions. Un domaine qui se développe et cela attire forcément les gros poissons quitte à faire grandir l’eSport beaucoup trop vite.

Paris, capitale de l’eSport le temps d’un week-end

L'équipe Européenne de G2 eSports (Crédits Photos : Timo Verdeil / L'Equipe)
L’équipe Européenne G2 eSport lors de la finale à Bercy – Crédits Photo : Timo Verdeil

En novembre 2019, Paris accueillait la finale des mondiaux de League of Legends à l’AccorHotels Arena (cf Bercy). L’une des plus grandes manifestations d’eSport au monde. Jean-François Martins, l’adjoint à la mairie de Paris en charge des sports s’était d’ailleurs exprimé sur la finale : « Coupe du monde 98, Euro 2016, Jeux Olympiques 2024… Paris accueille les plus grands événements sportifs du monde, et les Mondiaux de League of Legends sont tout aussi importants. Depuis quatre ans, nous essayons de faire de la capitale française une ville excitante et innovatrice de l’e-sport ». Preuve de son importance, la conférence de presse d’avant-match s’était déroulée au premier étage de la Tour Eiffel.

Le succès n’en fut pas moins important dans les tribunes, un Paris-Bercy complet avec 17 000 aficionados d’eSport venus encourager l’équipe Européenne G2 eSport face à l’équipe chinoise surprise des FunPlus Phoenix. La cérémonie d’ouverture n’ayant rien à envier à certaines compétitions mondiales, 20 minutes de concert et d’innovations technologiques (hologrammes, bracelets luminescents) dans une salle chauffée à blanc et acquise à la cause des européens de G2.

Cérémonie d’ouverture de la finale de League of Legends – Riot Games

Tout laissait penser à une véritable compétition sportive : hymne de la compétition, composition des équipes, trophée majestueux, tension, suspense, rebondissements, joie et déception. Tous les ingrédients symptomatiques d’une finale.

Plusieurs dizaines de millions de fans d’eSport ont suivi la finale de League of Legends à Paris. Une finale retransmise dans de nombreux pays et traduite dans 19 langues avec de nombreux journalistes étrangers venus spécialement pour l’occasion. France TV Sport a d’ailleurs casté la finale sur son site internet, à l’instar des milliers de spectateurs sur la plateforme Twitch, ou encore des centaines de parisiens devant l’écran géant du parvis de l’Hotel de Ville.

Riot Games, l’éditeur de League of Legends, très satisfait de cette finale, aura sans doute à cœur de revenir en Europe très vite, la France n’a donc pas fini d’entendre parler de League of Legends.

ZeratoR, le parangon de l’eSport français

ZeratoR lors de la Trackmania Cup – Crédits Photos : Timo Verdeil

Adrien Nougaret, dit ZeratoR, est un streamer français de la plateforme Twitch. Loin d’être le seul acteur du monde de l’eSport en France, il reste tout de même l’un des premiers à lancer la mode des compétitions de jeux vidéo avec un public. Cette année, il renouvelle plusieurs de ces compétitions phares.

Premièrement la Trackmania Cup, compétition du jeu éponyme, qui en est à sa 7ème édition au total. Les premières éditions se lancent en ligne et sans spectateurs comme l’ensemble des compétitions de jeux vidéo. Manque de moyens, de sponsor, et de visibilité pour le grand public, elles peinent à se développer, mais la détermination de ZeratoR leur font passer un cap supérieur. Plusieurs salles accueillent la Trackmania Cup, du Zenith de Toulouse au Grand Rex de Paris. Mais l’apogée se situera probablement en 2020 pour la Trackmania Cup avec 15 000 spectateurs qui regarderont la 8ème édition en direct à Bercy, et probablement près de 100 000 personnes en direct sur Twitch.

La multiplication de ces compétitions (Age of Empire, FFS, etc.) lancées par l’équipe de ZeratoR donne des idées à d’autres productions et streamers. Les compétitions d’eSport et de jeux vidéo deviennent de plus en plus importantes. Initialement en ligne, les compétitions se déroulent par la suite face à un public, qui répond généralement présent très rapidement à la demande. Le public, encore niché des jeux vidéo, n’est plus le portrait stéréotypé de l’adolescent à jouer 10 heures par jour dans sa chambre. D’une moyenne d’âge plus avancée, vous verrez davantage de trentenaires que de mineurs aux compétitions de ZeratoR.

Les LAN toujours plus importantes

Qu’est-ce qu’une LAN ?

Le terme est un acronyme, celui de “Local Area Network”, ou “réseau local” dans la langue de Molière. Auparavant, le seul moyen de jouer entre joueurs était de se réunir dans une même pièce en emportant son ordinateur. À une époque, les ordinateurs portables n’existaient pas et les joueurs prenaient leurs tours, écrans et la panoplie du câblage du parfait gamer. Heureusement, cela s’est simplifié aujourd’hui et les LAN existent toujours. L’ambiance est généralement bon enfant et l’évènement dure en général tout un week-end pour laisser place à des compétitions de jeux vidéo.

Les LAN en France ?

La Gamer’s Assembly : C’est la plus connue et la plus importante des LAN en France. Créée en 2000, la LAN n’a jamais cessé de croître, à tel point qu’une édition hiver à vu le jour : la “Gamer’s Assembly Winter” ! À croire que les LAN veulent imiter les Jeux Olympiques.

La Lyon e-Sport : La Lyon e-Sport, date incontournable du paysage français, est née en 2011 d’une petite association du même nom. Une LAN qui a acquis ses lettres de noblesse sur le jeu League of Legends, en accueillant une date importante du calendrier du même jeu.

La dreamHack Tour : Ce n’est pas une LAN française mais suédoise, cependant depuis 2015, elle est venue poser ses valises à Tours, pour le plus grand plaisir des joueurs français. Cette LAN qui se délocalise – à l’instar pour les plus musiciens d’entre-nous du festival Lollapalooza – est l’une des plus connues au monde.

La ZLAN 2020 : Le producteur et streamer ZeratoR ne s’est pas limité à la compétition d’un seul jeu. En 2019, il crée la ZLAN, une LAN marquée de sa griffe. Les gamers en duo s’affrontent ainsi sur plusieurs jeux durant le week-end. Un concept relativement nouveau qui cherche à récompenser le gamer le plus polyvalent.

Quel est l’avenir de l’eSport ?

En conclusion, les LAN sont de plus en plus fréquentées par les joueurs et maintenant accessibles au public. Des streamers deviennent de véritables entrepreneurs, des salles de spectacles se remplissent aussi vite que des concerts. Le jeu vidéo mais aussi l’eSport se développe à vitesse grand V. On parle maintenant de la proche relation entre l’eSport et le sport. Certains veulent garder cette distance, d’autres veulent que l’eSport soit au programme des prochains Jeux Olympiques. Mais cela est une autre histoire.

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez
Lire les articles précédents :
eau
10 gestes pour préserver et économiser l’eau au quotidien

En France, nous consommons en moyenne 137 litres d’eau par personne et par jour. Cela fait plus de 49 868...

Fermer