À la découverte d’Antoine Benoist4 min read

À la découverte d’Antoine Benoist4 min read

Crédits photo de couverture : Jérémy-Günther-Heinz Jähnick – Wikipédia – Attribution-ShareAlike 3.0 Unported (CC BY-SA 3.0)


Salut Antoine, alors tout d’abord une question assez d’actualité, avec le confinement comment tu as fait pour t’entraîner ? Ce n’était pas trop difficile niveau motivation ? 

J’ai fait comme pas mal de coursiers (rires), heureusement j’ai eu la chance d’avoir de bons outils fournis par mon équipe pour pouvoir m’entretenir via l’application Zwift qui est un bon outil. 

Tu es un coureur de cyclo-cross, dont on parlera après, mais j’imagine qu’actuellement tu as surtout en vue la saison sur route. Tu aimerais faire quel programme ? On imagine que tu rêves de Paris-Roubaix, non ? 

Oui oui comme tous les coureurs de cyclo-cross, mais j’ai envie de devenir aussi un bon coureur sur la route et je sais que c’est possible. Il y a encore plein de choses à apprendre et j’ai envie d’apprendre et d’évoluer dans cette discipline. Oui, j’ai envie de participer à Paris-Roubaix un jour, c’est sûr que je me donnerai les moyens pour y participer. 

Tu penses quoi de tout ce nouveau calendrier avec le report des Grands Tours, les monuments à l’automne…? 

Je pense que l’on n’a pas le choix, nous ne choisissons pas, malheureusement, c’est ainsi et c’est un coup dur pour le cyclisme mais aussi pour les organisateurs qui passent beaucoup de temps avec les bénévoles pour mettre en œuvre des organisations, etc. J’espère que nous les retrouverons les prochaines années, nous avons besoin d’eux. Sans eux, nous n’avons pas de boulot, il faut être reconnaissant.

Maintenant que l’on a fini avec la route, parlons cyclo-cross, ton domaine de prédilection ! Cette saison, tu es devenu pour la deuxième fois champion de France espoirs, mais tu as aussi accroché le bronze sur les Europe et la 4ème place sur les Mondiaux. Comment l’as-tu vécu ? 

Un deuxième titre c’est toujours sympathique et toujours de grandes émotions à vivre. Ce sont des bons souvenirs qui restent gravés. Après, pour la 4ème place, c’est sûr que ce n’est pas ce que j’attendais, voilà, ceci est derrière moi, il faut aller vers l’avant, on ne change pas le passé.

Est-ce qu’avoir rejoint Alpecin-Fenix a beaucoup changé ta préparation ? 

Pas complètement mais oui certaines choses peuvent changer, comme le programme déjà. Les préparations pour les objectifs, les stages qui sont mis en place pour pouvoir travailler dans les meilleures conditions possibles, tout le suivi de l’équipe. Nous sommes vraiment bien pour pouvoir performer au mieux sur les courses.

Au niveau de la préparation d’un cycliste, beaucoup se demandent si pour faire du vélo tu t’entraînes uniquement à vélo ? Ajoutes-tu d’autres disciplines comme la musculation ou la course à pied ? 

Oui, un peu de renforcement musculaire, du gainage, mais aussi pendant le cyclo-cross une séance de course à pied régulièrement.

« L’objectif est d’être présent sur les plus hautes marches au plan international. »

Comment tu vis ce passage chez les professionnels ? Être dans une des équipes phares du cyclo-cross doit changer pas mal de choses, non ? 

Oui, cela ne peut pas être mieux que d’être dans une équipe qui autorise de faire du multi-discipline. C’est vraiment top pour moi de pouvoir faire cyclo-cross et route. Après, il faut faire sa place, atteindre des objectifs et avoir des résultats par la suite, ne pas seulement se regarder.

La prochaine saison de cyclo-cross, tu y penses déjà ? (Si oui, tu penses t’orienter vers quels objectifs ?)

Pas spécialement, même si tu y penses légèrement et que ça arrive vite. Il n’y a pas 36 courses mais l’objectif est d’être présent sur les plus hautes marches au plan international. Mais également de faire sa place sur quelques courses avec les élites, et après les championnats bien sûr !

Tu as quelles ambitions pour les années à venir ? Une course que tu aimerais gagner, un objectif (faire grandir le CX en France, participer au Tour de France…) ? 

Dans les années à venir, c’est d’être présent dans les meilleurs mondiaux au cyclo-cross, vraiment être performant dans la discipline, et aller chercher les titres que je ne possède pas encore. Mais aussi, être présent sur la route et épauler au mieux des collègues. Passer au charbon avant tout. Ensuite dans les années à venir, après avoir eu un peu plus d’expérience et en avoir appris, jouer sa carte sur certaines courses et participer à de belles courses et de belles classiques !


Merci beaucoup Antoine pour cette interview et le temps accordé. Au nom de toute l’équipe de Nouvelle Vue, nous te souhaitons bon courage pour la saison si spéciale qui t’attend ainsi que pour la suite de ta carrière.

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez
Read previous post:
À la découverte de Victor Martins

Nous partons à la découverte de Victor Martins, un espoir français du sport automobile. Le pilote de Art GP nous...

Close