Bayern Munich : vers un mercato d’été agité ?13 min read

Bayern Munich : vers un mercato d’été agité ?13 min read

Le foot allemand est à l’arrêt, certes, mais ses acteurs se creusent sérieusement les méninges pour se sortir au mieux de cette crise inattendue. Entraînements à distance, maintien de la condition physique, contrats et recettes économiques : des enjeux de taille s’imposent à tous les clubs.

Et même le Bayern Munich, malgré son statut de mastodonte du football allemand, ne déroge pas à la règle. Face des enjeux économiques et sportifs cruciaux, dans des circonstances plus floues que jamais, le mercato estival du Rekordmeister s’annonce particulièrement indécis.

L’avenir incertain de cadres

Neuer fait le forcing

C’est le dossier chaud depuis fin mars : la prolongation de contrat de Manuel Neuer.

Alors que les dirigeants bavarois avaient pour objectif d’étendre son bail jusqu’en 2023, l’ancien portier de Schalke 04 réclame un contrat longue durée, qui le lierait au club jusqu’en 2025, une date à laquelle il aurait alors 39 ans.

Sur le papier, on aurait tendance à considérer que deux ans ne changent pas grand chose, surtout pour un joueur de l’envergure de Neuer, qui plus est à un poste où l’espérance de vie est plus longue.

Mais voilà, le problème s’appelle Alexander Nübel, et il débarque en Bavière dès cet été. Subtilisé gratuitement à Schalke 04, le jeune espoir de 23 ans a paraphé un contrat de 5 ans avec le RekordMeister, qui compte bien en faire la relève de Manuel Neuer.

C’est là que ça coince : avec une prolongation trop étendue du contrat de l’actuel titulaire indiscutable, on imagine mal Nübel obtenir suffisamment de temps de jeu pour progresser.

La fenêtre de tir des dirigeants bavarois est très réduite, car la seule autre option serait de se séparer dès cette année de son portier champion du monde, dont le contrat expirera à la fin de l’exercice 2020-2021. Néanmoins, cette issue n’est guère envisageable, tant sur le plan sportif (Neuer affiche encore un niveau excellent) que financier (dans le contexte actuel, compliqué d’en tirer une somme adéquate).

Il semble donc assez probable que le Bayern cède aux exigences de son capitaine, et tente par la suite de favoriser l’éclosion progressive d’Alexander Nübel en lui garantissant un minimum de temps de jeu.

Si cette équation aboutit, le grand perdant pourrait donc être Nübel, lui qui soulève déjà une pression ahurissante depuis l’annonce de son transfert et ses quelques bourdes dans les cages du club de Gelsenkirchen.

Alaba : l’heure du nouveau défi ?

On oublie souvent que David Alaba n’a que 27 ans.

Il faut dire que le latéral gauche autrichien brille sous la tunique bavaroise depuis bien dès années maintenant, lui qui a fait ses débuts en Ligue des Champions dès l’âge de 17 ans.

Alors forcément, après autant de saisons passées à ratisser le flanc gauche aux côtés de son compère Franck Ribéry, les rumeurs sur son avenir ont commencé à se poser.

Depuis environ trois saisons, au cours de chaque mercato estival, on l’annonce partant pour un nouveau défi à l’étranger. Et cette saison ne semble pas y échapper, les journalistes se donnant à coeur joie pour étayer les rumeurs selon lesquelles Alaba serait lassé du Bayern.

Dernièrement, plusieurs médias ont révélé que l’Autrichien en voudrait à ses dirigeants de ne pas avoir tenu leurs promesses sur son positionnement sur le terrain.

En effet, le joueur n’a jamais caché sa volonté de s’installer durablement au poste de milieu relayeur, une fonction qu’il a déjà occupé lors du passage de Pep Guardiola, ainsi qu’en sélection nationale.

Seulement voilà : les successeurs du Catalan ont préféré le repositionner à son poste naturel, celui de latéral gauche, et on peut les comprendre, étant donné qu’il y a toujours affiché un excellent niveau.

Cette saison, les blessures de Niklas Süle et de Lucas Hernandez ont convaincu Hansi Flick, dès sa prise de fonctions, de repositionner son couteau suisse autrichien dans la défense centrale.

Par conséquent, Alphonso Davies, la jeune pépite canadienne recrutée à l’hiver 2019, s’est confortablement installé au poste de latéral gauche ; ce qui pourrait donc rendre plus acceptable une éventuelle vente de son prédécesseur à ce poste.

Néanmoins, les dirigeants du Bayern auraient tort de cherché à se débarrasser d’un joueur discret mais particulièrement talentueux, dont la polyvalence est une force. Hansi Flick, récemment prolongé, compte sur lui pour l’avenir.

Mais si Alaba a besoin d’un nouveau défi, pas sûr que la direction du club ne cherche à le bloquer contre son gré.

Au vu de la situation économique actuelle suite au coronavirus, la tendance serait plutôt de voir l’Autrichien poursuivre l’aventure un peu plus longtemps encore en Bavière.

La récente prolongation de contrat de Thomas Müller et celle plus que probable de Thiago Alcantara pourraient inciter leur coéquipier à en faire de même, et définitivement s’inscrire comme une légende du Bayern Munich.

Pour quel international allemand casser la tirelire ?

Ils sont trois candidats à un éventuel transfert vers la Bavière cet été. Mais au vu de leur valeur marchande et des circonstances économiques actuelles, un seul devrait logiquement être l’élu.

Qui de Leroy Sané, Kai Havertz ou bien Timo Werner portera la tunique munichoise la saison prochaine ? Focus sur les possibilités et les contraintes de chaque cas.

Leroy Sané : la piste originelle

Depuis l’été dernier, on fait état d’un intérêt du Bayern pour l’ailier de Manchester City.

Depuis, une grave blessure, un changement d’agent et l’arrivée d’Hansi Flick ont quelque peu bousculé la donne, si bien que les supporters bavarois commencent de plus en plus à douter d’une telle transaction.

  • Viendra

Son profil est sans doute celui qui s’inscrirait le mieux dans la logique de jeu du RekordMeister depuis plusieurs saisons maintenant. Ailier rapide, bon dribbleur et doté d’une belle finition, il ne devrait pas avoir de problème à s’incorporer dans le style de jeu du club, dans la lignée de Franck Ribéry et d’Arjen Robben.

C’était la cible initiale désirée par la cellule de recrutement, à commencer par le directeur sportif Hasan Salihamidzic. On imagine donc qu’il ne va pas lâcher l’affaire pour un joueur dont il est convaincu des qualités. Par ailleurs, c’est sans doute celui avec lequel les négociations ont le plus avancé, malgré la lenteur de celles-ci et quelques rebondissements.

Le vestiaire du Bayern serait également favorable à l’arrivée d’un joueur de réputation internationale, qui a participé à la nette domination du City de Guardiola sur l’Angleterre.

  • Viendra pas

Sa grave blessure survenue en début de saison (rupture des ligaments) a refroidi la transaction. Si le joueur n’a pas rencontré de problème lors de la phase de rééducation, il n’en reste pas moins que sa fragilité est un frein de taille au transfert, d’autant plus que l’infirmerie du Bayern est trop souvent remplie.

Son caractère poserait problème à plusieurs hommes forts de l’institution bavaroise, à commencer par Hansi Flick, l’actuel entraîneur. Comme Oliver Kahn, qui va prendre de plus en plus d’importance au sein de la direction, l’ancien adjoint de Joachim Löw veut des joueurs prêts à se sacrifier pour le club, et faire passer ce dernier avant leurs intérêts personnels. Or, l’attitude quelque peu désinvolte de Leroy Sané dans sa carrière, notamment au moment de sa non-sélection pour la Coupe du Monde 2018, ne rentre pas dans ces critères de recrutement.

Kai Havertz : le pari de la jeunesse

La jeune pépite allemande du Bayer Leverkusen fait des envieux, au-delà même des frontières. Mais sur ce genre de profils, le Bayern Munich s’est souvent montré intraitable ces dernières saisons, voilà pourquoi un transfert de ce dernier vers le RekordMeister est assez envisageable. Que cela soit cette année ou l’année prochaine.

  • Viendra

Il est le plus jeune des trois prétendants. Et à seulement 20 ans, il a déjà montré qu’il avait l’étoffe d’un futur grand, en témoigne son accession à la Mannschaft de Joachim Löw. Avec 6 buts et 5 passes décisives cette saison, Havertz était dans une forme étincelante avec Leverkusen dans les semaines qui ont précédé l’interruption du foot allemand.

Son profil semble être le seul qui mette tout le monde d’accord au sein de la direction bavaroise. Flick et Salihamidzic, en désaccord sur les deux autres joueurs, sont en tout cas convaincus des qualités de Kai Havertz et de sa capacité à devenir un grand joueur au Bayern.

  • Viendra pas

Le prix demandé par le Bayer est à ce jour l’obstacle majeur à l’aboutissement de la transaction. En effet, le club de Rhénanie-du-Nord-Westphalie réclame environ 100 millions d’euros pour céder sa pépite, ce qui ferait du joueur de 20 ans le transfert record du Bayern Munich. Or, dans les circonstances économiques actuels, pas sûr que le champion d’Allemagne soit prêt à une telle folie sur le marché, à moins d’avoir cédé deux ou trois joueurs au préalable.

Si son talent est indéniable, Havertz évolue à un poste qui pourrait poser de sérieux dilemmes à Hansi Flick. Milieu offensif de prédilection, on a cependant du mal à l’imaginer dans un le 4-2-3-1 classique munichois, en raison de la présence de Thomas Müller. Ce dernier est bien meilleur en soutien de Lewandowski plutôt que sur une aile, et Hansi Flick l’a bien compris. L’autre option serait d’associer les deux, quitte à positionner Havertz légèrement en retrait, mais cela pourrait venir perturber l’équilibre du milieu de terrain et, surtout, accroître la concurrence entre Goretzka, Thiago et Kimmich.

Timo Werner, l’incompris

Il empile les buts avec le RB Leipzig cette saison, et n’est pas étranger aux excellentes performances du club en Ligue des Champions également. Pourtant, Timo Werner reste très critiqué par les observateurs, qui y voient un joueur au potentiel limité. Ce n’est pas l’avis d’Hansi Flick, fan de l’ancien buteur du VFB Stuttgart.

  • Viendra :

Hansi Flick est en effet tombé sous le charme de Timo Werner. Récemment prolongé à la tête du RekordMeister, le technicien allemand ferait le forcing en interne pour recruter l’attaquant de Leipzig. On ne connaît pas tous les détails du nouveau contrat entre Flick et le Bayern, mais au vu de ce qui se disait durant les négociations, l’ancien adjoint de Niko Kovac devrait clairement avoir son mot à dire désormais dans la politique de recrutement.

Si on s’intéresse à une approche purement économique, Timo Werner serait sans aucun doute la recrue la moins chère des trois. En déboursant aux alentours des 60 millions d’euros, le Bayern Munich pourrait parvenir à s’attacher les services de l’international allemand, malgré la forte concurrence naissante avec le RB Leipzig.

  • Viendra pas :

-Bien que Flick souhaite l’arrivée du joueur, Hasan Salihamidzic paraît lui davantage sceptique quant au talent de ce dernier. Les deux hommes vont donc devoir se mettre d’accord.

Par ailleurs, c’est probablement le dossier sur lequel le Bayern pourrait avoir le plus de concurrence. Timo Werner ne serait en effet pas insensible à un départ à l’étranger, car il sait qu’il ne fait pas l’unanimité en Bavière. Plusieurs écuries européennes se sont positionnées, à commencer par Liverpool, où Jurgen Klopp est convaincu de la capacité du joueur à s’inscrire dans le projet de jeu des Reds. Le Barça serait également intéressé.

S’il venait à signer au Bayern, à quel poste évoluerait-il ? On le sait, il n’est pas à son aise sur une aile, on l’a vu avec la Mannschaft où il a déçu dans ce registre. Pour être pleinement épanoui, il doit être titularisé dans l’axe de l’attaque, aux côtés d’un autre joueur. Problème, Lewandowski et Thomas Müller occupent d’ores et déjà ce tandem idéal, et pas sûr que le Polonais se réjouisse d’évoluer aux côtés d’un concurrent obsédé lui aussi par le but.

Seule quasi-certitude : l’issue des prêts

Certes, la direction du Bayern Munich ne sait pas trop sur quel pied danser dans le contexte actuel, et son mercato reste pour le moment très imprévisible.

Néanmoins, concernant les prêts en cours et supposés se terminer cet été, ses décisions semblent déjà prises, au vu des performances des joueurs et de leurs prix respectifs.

Perisic : vers une option d’achat levée

Il était arrivé sur la pointe des pieds en Bavière, dans la peau d’un joker plus que d’une recrue de calibre mondial.

Pourtant, Ivan Perisic a fait son bout de chemin, toujours présent pour le collectif. A défaut d’être fantastique, le Croate passé par Sochaux s’est bien intégré à l’effectif en y apportant une certaine diversité sur le front offensif. Avec ses bonnes qualités de pressing et son bon jeu de tête, Perisic semble avoir convaincu les dirigeants bavarois de lever l’option d’achat, qui s’élève à 20 millions d’euros, une somme raisonnable.

Coutinho : la dégringolade continue

Contrairement à Perisic, son arrivée avait suscité beaucoup d’espoir et d’optimisme chez des supporters du Bayern encore déçus par le retour de James Rodriguez au Real.

Tous étaient alors convaincus que le milieu offensif brésilien allait retrouver des sensations en Bavière, après un passage plus que mitigé au FC Barcelone.

Plus d’une moitié de saison plus tard, le bilan est peu satisfaisant. Ni sous Kovac, ni sous Flick, l’ancien prodige brésilien n’est parvenu à s’imposer. Trop individuel et commettant de nombreuses erreurs, il s’apprête inévitablement à quitter la Bundesliga par la petite porte.

Car au vu de ses performances et du contexte financier actuel, il semble bien improbable que la direction munichoise lève l’option d’achat d’environ 100 millions d’euros.

Odriozola : un petit tour et puis s’en va

On ne peut pas dire que l’aventure d’Alvaro Odriozola au Bayern restera dans les annales du club.

Ce constat ne se dresse pas tant par rapport à ses performances, qui n’ont pas été si mauvaises, mais bien pas rapport au faible temps de jeu qu’il a connu sous le maillot bavarois. Avec seulement deux matchs disputés, dont un en tant que titulaire, le latéral droit espagnol débarqué cet hiver en provenance du Real Madrid n’a pas eu l’occasion de s’intégrer à l’équipe.

La reprise du championnat allemand étant toujours une inconnue à l’heure actuelle, pas sûr de revoir Odriozola porter le maillot bavarois.

Le joueur souhaiterait retourner au Real Madrid dès cet été, où il espère bien convaincre son entraîneur, Zinédine Zidane.

Le Bayern ne devrait pas s’opposer à cela, le club lorgnant sur un autre profil à ce poste, en la personne de Sergino Dest.


Dans les conditions actuelles, il convient toutefois de rester très prudent vis-à-vis des différentes sources d’information, alors que les rumeurs vont bon train.


Crédits photo de couverture : paimei01 – Flickr Attribution-ShareAlike 2.0 Generic (CC BY-SA 2.0)

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez
Read previous post:
Tomates
La tomate d’industrie : un business sans scrupules

Sous ses multiples formes, la tomate est l’ingrédient le plus consommé sur le globe et est le pilier de plusieurs...

Close