Critique de The Hunt3 min read

Critique de The Hunt3 min read

Crédits photo de couverture : The Hunt – Craig Zobel


The Hunt de Craig Zobel est une oeuvre cinématographique tentant maladroitement l’alliage entre humour et violence. Le film essaie de se positionner comme une critique de notre société non uniquement sous le prisme de la lutte des classes, thème extrêmement ancré ici, mais aussi bel et bien comme critique des idées et d’une certaine censure de ces dernières dans nos sociétés contemporaines.

L’oeuvre de Zobel plonge le spectateur dans un état de réflexion constant sur la notion de justice. En effet, il cherche à titiller notre esprit critique face à des situations amenant à se demander si ce que nous voyons est juste ou non. Bien que The Hunt soit bourré de références cinématographiques aiguisant la pensée de son auteur, sa forme est plutôt maladroite.

Malgré vingt bonnes premières minutes où l’auteur nous perd dans le choix de son (et donc de notre) héroïne, notamment au travers d’une mise en scène habilement maîtrisée et d’une aisance derrière la caméra qui nous laisse pantois, le reste du film demeure assez décevant dans son ensemble. Bien que l’idée et le message restent intéressants, Craig Zobel s’égare dans son concept et dans sa tentative, vraisemblablement ratée, d’allier humour et action.

Prendre ce long-métrage comme comique le rendra certainement plus agréable car à cet humour presque absurde se mêle une violence exponentielle mais l’alliance des deux est absolument ratée. La violence est là mais elle ne choque pas, elle fait rire. Et c’est bien dommage.

Cela dénature donc tout le propos de son réalisateur qui, par la violence, voulait appuyer davantage son message. L’idylle ne fonctionne pas et vire rapidement au drame. Le message ne passe donc pas même si la réflexion, elle, persiste. Ce qu’a réussi à faire Tarantino avec Pulp Fiction, Guy Ritchie avec Snatch ou encore Edgar Wright avec Baby Driver, Craig Zobel le rate ici admirablement avec The Hunt.

Les 10 dernières minutes sont pour le moins assez surprenantes. Un final en apothéose où se mêle à une violence inouïe un humour douteusement drôle qui présage le meilleur. Mais la fin et ce départ en avion nous ramènent à la réalité. The Hunt nous amène à réfléchir sur ce que nous sommes capables de faire et sur ce à quoi nous sommes capables d’adhérer, mais la forme n’y est pas.

Le début et la fin sont plutôt bons, le reste est vide. La seule chose qui reste c’est le fond, desservi par ce vide quasi-constant d’une quarantaine de minutes. Finalement, ce film se positionne surtout, et de manière épatante mais maladroite, comme pugilat de la bêtise humaine. Le fond est réussi, la forme beaucoup moins…

Théo THUILLIER / @7Obscura

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez
Read previous post:
The Last of Us Part. II : un jeu qui pousse les limites du bien et du mal

The Last of Us Part. II est sorti il y a pratiquement un mois. La plupart des joueurs ont pu...

Close