Der Klassiker : plus qu’un match4 min read

Der Klassiker : plus qu’un match4 min read

Mardi 26 mai à 18h30, tous les regards des amoureux du ballon rond seront tournés vers le Westfalenstadion. En effet, l’un des matchs les plus attendus d’Allemagne mais aussi au niveau européen aura lieu, il s’agit bien évidemment du Klassiker : BVB – Bayern Munich.

Un Klassiker qui sera encore plus spécial que d’habitude. Explications !

Tout d’abord la proximité des deux équipes dans la course au titre. Avant le match, le Bayern domine de 4 petits points son concurrent principal. Ce qui veut dire qui s’il y victoire du BVB, l’écart serait réduit à 1 point. Et si les hommes de Hansi Flick (entraineur du Bayern), s’imposent, ce sera un bond de géant pour espérer ajouter un huitième Meisterschale (trophée remis au champion de Bundesliga) d’affilée dans sa vitrine à trophée et au total ce serait son 30e titre de champion d’Allemagne.

Ce qui signifie que la volonté d’aller de l’avant et de l’emporter sera partagée entre les deux camps, donc comme à l’habitude on devrait assister à une pluie de buts.

Une pluie de buts qui sera peut-être accentuée par un facteur. L’absence assez probable d’un cadre défensif du côté des Schwarz-Gelben (noirs et jaunes en allemand)w peut rendre la tâche plus compliquée pour Lucien Favre. En effet, Mats Hummels, le champion du monde 2014 avec la Nationalmannschaft au Brésil, serait incertain pour ce Klassiker. D’après son entraîneur Lucien Favre, il aurait une douleur au tendon d’Achille. D’autant plus que Dan-Axel Zagadou est forfait jusqu’à la fin de saison. Le défenseur central français est touché au ligament latéral externe d’un genou.

Bref, une blessure de Hummels est un souci dont Lucien Favre aurait bien aimé se passer et forcément, un homme va profiter de cette faiblesse qu’aura probablement le BVB, il s’agit bien de Robert Lewandowski. D’après la conférence de veille de match de Lucien Favre, Mats Hummels devrait avoir le feu vert pour jouer la rencontre mais c’est à surveiller tout de même.

En attaque, monsieur Robert Lewandowski, l’homme aux 41 buts cette saison (T.C.C) dont 27 en 24 matchs de Bundesliga. Mais cette année, il sera en face-à-face avec le jeune norvégien : Erling Haaland (prononcé Holand en norvégien). Haaland qui cumule 10 buts en 10 matchs de Bundesliga. C’est un duel qui s’annonce passionnant. Avec d’un côté « Lewy » qui approche les 32 ans, une qualité de jeu qui n’est plus à démontrer. Un attaquant complet qui n’hésite pas à décrocher afin de créer des espaces pour ses partenaires.

D’un autre côté, un joueur de grand gabarit (194 cm) mais tout de même très rapide. Il pourra se servir de sa vitesse pour lancer des appels de balle dans le dos de la défense bavaroise, surtout que ses coéquipiers sont rapides également, on pense bien évidemment a Hakimi et Sancho. D’autant plus qu’il est très habile devant le but mais également de la tête grâce à sa taille.

David Alaba aura la charge de stopper la machine norvégienne mais ce sera une tache bien compliquée. Ce match dans le match sera à surveiller de près, et il nous tarde de voir si l’élève dépassera le maître bien que dans un stade à huit clos.

Un Westfalenstadion qui sonnera creux, comme l’ensemble des stades depuis la reprise du foot allemand depuis le 16 mai. Les deux journées depuis cette reprise ont vu naître un drôle de syndrome : le syndrome de la victoire à l’extérieur.

Gagner à domicile est très compliqué : sur 18 matchs joués, seulement 3 victoires à domicile ont été comptabilisées. (Hertha Berlin 4-0 Union Berlin, Bayern Munich 5-2 Frankfurt, BVB 4-0 Schalke 04). La conclusion à tirer, bien qu’elle soit rapide, est que sans leur public les équipes à domicile ont beaucoup de mal à s’imposer. Quelle conséquence aura l’absence de 81 000 personnes dans le Westfalenstadion pour Lucien Favre et ses hommes ?

Réponse à toutes ces questions : mardi 26/05 à 18h30 sur BeIN Sport.

Crédits photo de couverture : Manuel Hoster – Unsplash

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez
Read previous post:
Logo représentant le Springbok et la protea
Les Springboks : l’évolution historique et sociale d’une équipe de rugby

Aujourd’hui, nous vous proposons de vous attarder sur une équipe nationale qui fut utilisée à des fins politiques au cours...

Close