Honoré et moi : la biographie qui nous fait (re)découvrir Balzac5 min read

Honoré et moi : la biographie qui nous fait (re)découvrir Balzac5 min read

Titiou Lecoq est journaliste, romancière et essayiste féministe. Elle est notamment l’autrice de “Libérées ! Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale“.

Honoré et moi est une oeuvre récente qui a bénéficié d’un très grand accueil par la critique et les lecteur.ice.s. 

C’est à la suite d’une visite de la maison de Balzac, que l’autrice a développé son obsession pour cet auteur et qu’elle a décidé de se lancer dans la rédaction de sa biographie.

A la découverte de la vie d’Honoré de Balzac

Si Honoré et moi est une oeuvre absolument délicieuse, c’est surtout parce qu’elle nous plonge dans la vie de Balzac, cet immense auteur classique dont on ne connait pas, ou trop peu, la vie privée.

Evidemment, on ne présente plus l’auteur à l’oeuvre gargantuesque (presque une centaine de romans et de nouvelles) ! 

Ce que l’on ignore, c’est qui il était vraiment, en tant qu’homme vivant au XIXème siècle.

Cet ouvrage est donc l’occasion pour tous les curieux.es. de Balzac – ou pour ceux qui ont le désir de lire une biographie – de découvrir la vie incroyable de cet écrivain.

Car il faut le dire : Honoré de Balzac a vraiment eu une vie qui mérite que l’on s’y attarde tant elle est remplie d’anecdotes et de péripéties.

Le rêve de richesse : Honoré devient la “catin littéraire”

A travers sa plume teintée d’humour et d’ironie, Titiou Lecoq nous raconte la vie de Balzac. Dans Honoré et moi, on découvre que l’auteur rêvait de devenir riche et écrivait notamment pour gagner de sa vie. Il n’écrivait pas par amour des mots et de la littérature mais bien pour faire fortune.

Un tel comportement lui vaudra de nombreuses railleries ainsi que le surnom marquant de “catin littéraire”. A cette époque plus que jamais, être écrivain était un métier considéré comme noble qui devait être totalement désintéressé.

Cet essai nous plonge au coeur du patrimoine de Balzac, ou plutôt de l’absence de ce dernier à son plus grand dam. En effet, malgré l’opulence de son écriture, il était criblé de dettes en raison de toutes ses fausses bonnes idées commerçantes qui s’avéraient désastreuses. Surtout, Balzac ne cherchait pas réellement à calmer ses folies dépensières…

L’autrice réhabilite avant tout l’humain

Honoré et moi est un récit biographique qui donne une vision profonde et intime de Balzac. Cette oeuvre n’a pas pour objectif de vanter les mérites de l’auteur ni de revenir sur son talent incontesté.

Titiou Lecoq a cherché à nous présenter l’humain, l’homme qui vit au XIXème siècle avec des rêves et des désirs, mais qui fait face à la faillite personnelle, à des déconvenues, à des difficultés. Comme tout le monde.

Le portrait intime de Balzac passe nécessairement par la description de sa vie sentimentale, loin d’être monotone. C’est un homme au désir ardent, qui connait plusieurs histoires d’amour dont plusieurs avec des femmes plus âgées. Elles les marqueront à jamais.

Balzac, plus vivant et contemporain que jamais

Balzac est dépeint comme un homme obsédé par l’argent, la notoriété. Malgré sa pauvreté, il refuse de se priver et finit toujours par s’acheter ce dont il dont il désire.

C’est un homme qui ne se résout pas à accepter sa condition et qui va se battre sa vie durant pour atteindre le statut social dont il rêve.

En cela, c’est également le portrait de notre société dont il est question. L’amour, l’argent et surtout la réussite demeurent les maîtres mots.

On l’aura compris, Honoré et moi propose le portrait de la vie personnelle d’un Balzac plus contemporain que jamais.

L’empreinte féministe de l’autrice

Titiou Lecoq étant une femme féministe, elle fait le choix de rétablir la vérité sur plusieurs personnages féminins – notamment celui de la mère de Balzac – souvent critiqués et trop vite jugés par d’autres auteurs.

Surtout, l’autrice a tenu à revenir sur les engagements de Balzac sur la condition des femmes au XIXème siècle.

C’était un auteur qui était un grand critique du mariage : il ne pouvait condamner les relations extra-conjugales des femmes tant elles étaient opprimées par cette institution.

Si Balzac n’était pas un fervent féministe, il était différent de ses contemporains dans sa vision des femmes. L’autrice a su souligner ce trait important de l’auteur, malheureusement trop peu mis en exergue, à une époque où des questions similaires se posent.

Franchir le cap de l’oeuvre biographique 

En réalité, lire la biographie de Balzac n’a jamais été autant un plaisir : la plume de l’autrice est fluide, drôle, piquante.

Cet essai est une réelle occasion de découvrir un auteur classique et de lire une autobiographie profonde, intimiste.

Honoré et moi, c’est un rendez-vous avec un Balzac inconnu. A la fois attachant, brillant et exaspérant, il mérite que l’on ne cantonne pas son nom à des lectures obligatoires durant sa scolarité.

Après une telle lecture, il apparait presque impossible de ne pas vouloir (re)découvrir l’oeuvre de Balzac. On veut à tout prix lire cet auteur, totalement imprégné.e.s de son histoire et de son vécu.

« Parce qu’il était fauché, parce qu’il a couru après l’amour et l’argent, parce qu’il finissait toujours par craquer et s’acheter le beau manteau de ses rêves, parce qu’il refusait d’accepter que certains aient une vie facile et pas lui, parce que, avec La Comédie humaine, il a parlé de nous, j’aime passionnément Balzac. »

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez
Lire les articles précédents :
1917, la guerre du plan-séquence

1917 se donne un but fort : emmener le spectateur au cœur de la Guerre. Celui qui visionne le film,...

Fermer