L’amant de Marguerite Duras, ou le récit d’un premier amour4 min read

L’amant de Marguerite Duras, ou le récit d’un premier amour4 min read

L’amant est une des oeuvres les plus connues de Marguerite Duras. Publié en 1984 et immédiatement prix Goncourt, il demeure aujourd’hui un des romans classiques incontournables de cette autrice.

La rencontre avec le “Chinois de Cholen”

L’amant est un magnifique roman qui offre une réelle complexité. Le sujet principal, comme l’annonce le titre, est l’histoire d’amour que va vivre l’héroïne avec un chinois.

L’intrigue se déroule en Indochine française et l’héroïne a quinze ans et demi. Sa jeunesse n’est en rien un obstacle puisqu’elle rencontre un homme chinois, un banquier extrêmement riche, de douze ans son aîné.

L’héroïne est libre et ne donne aucun crédit aux normes sociétales en ce qui concerne l’âge : elle sait ce qu’elle veut et l’exprime très clairement au “Chinois de Cholen” comme elle l’appelle.

Rien n’arrête la jeune femme qui a le profond désir de vivre une romance avec cet homme, de vivre ses premiers émois amoureux, ses premières relations sexuelles.

Leur relation est portée sur l’argent, dont l’héroïne manque considérablement à l’inverse de son amant, et sur le désir charnel. Elle est très intéressante tant elle est peu conventionnelle à bien des égards.

En effet, l’Amant est également le roman qui dénonce les interdits et les obstacles rencontrés par les jeunes français.es de l’époque. L’amour entre une française et un chinois, du fait de leur seule nationalité, est impossible. La société coloniale refuse ce genre de relation. 

Plus encore, le père du chinois s’y oppose fermement, vouant cette idylle à un amour temporaire, délimité.

En ce sens, ce roman exprime la profonde volonté de l’héroïne de s’affranchir de ces codes et de décider de sa propre vie. A quinze ans et demi, c’est une très belle preuve de détermination et de liberté.

Un roman sur fond familial

L’amant n’est pas seulement une histoire d’amour entre l’héroïne et l’amant, ni l’histoire de sa première fois.

C’est également une oeuvre qui a un fond autobiographique et qui revient sur le passé familial de l’héroïne. Cette dernière fait face à des sérieuses difficultés : sa relation avec sa mère est très instable et complexe. Tantôt saine, tantôt malsaine, tout est fondé sur des non-dits, sur la transmission malgré elle d’une vénalité certaine.

La relation de l’héroïne avec ses deux frères n’arrange en rien le tableau familial : son ainé est dépeint comme un homme insaisissable, avide d’argent et extrêmement violent et son petit frère comme son opposé, une homme calme et bienveillant.

La beauté de la plume de Duras et son choix de ne pas aborder frontalement les difficultés familiales, amènent les lecteur.ice.s à deviner les traits de caractères de chacun, à déceler au travers des lignes ce qu’a voulu nous transmettre l’autrice.

Une héroïne qui prend le pouvoir

Outre le fait que l’héroïne sait ce qu’elle veut et assume parfaitement ses désirs sexuels avec son amant, elle est une figure que l’on oublie pas.

Elle est jeune et pourtant très mature, très sûre d’elle et de ses choix.

Elle brave les interdits un à un tant son désir de liberté et de construction en adéquation avec sa propre volonté est puissant.

La jeune femme fait fi de la différence d’âge, de sa prétendue jeunesse pour une première relation sexuelle, des codes sociaux. Plus encore, elle découche de son lycée pour passer la nuit avec son amant et ne laisse pas le choix à ses institutrices.

On assiste à la réelle prise de pouvoir de l’héroïne sur sa personne. Elle fait face à sa mère, à la société, à la famille de son amant et parvient toujours à franchir les obstacles.

L’amant raconte l’initiation de l’héroïne à la vie. En filigrane, il s’agit de l’histoire de Marguerite Duras, que l’on découvre avec émerveillement.

La plume de Marguerite Duras

Ce roman est d’une grande intensité. Pourtant, Marguerite Duras ne s’épanche pas. Tout est sous-entendu, proposé, énigmatique.

En cela, la plume de l’autrice est unique et se reconnaît entre mille.

Elle transmet sa sensibilité, sa profondeur et évoque des sujets extrêmement sérieux avec un style qui lui est propre.

L’amant est un classique de la littérature française et on comprend aisément pourquoi tant il s’agit d’un roman complexe.

Autobiographique, cette oeuvre raconte l’histoire d’une jeune femme éprise de liberté et en quête de libération.

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez
Lire les articles précédents :
Test de Fernbus Simulator (+ le DLC France)

Fernbus Simulator est le petit poulain de TML Studios, producteur de jeux de simulation de transports en commun. Jeu de...

Fermer