Le réveil de Leon Goretzka7 min read

Le réveil de Leon Goretzka7 min read

C’est le grand gagnant de la sortie du confinement et de la reprise de la compétition dans les rangs du Bayern Munich.

Alors que depuis son arrivée à l’été 2018 il affichait un bilan plus que mitigé sous la tunique bavaroise, Leon Goretzka a décidé de faire taire ses détracteurs en s’imposant comme l’homme fort du RekordMeister depuis la reprise.

Ceux qui lui reprochaient son manque d’investissement et sa discrétion au milieu de terrain voient désormais un joueur nouveau, qui n’hésite plus à prendre ses responsabilités.

Travail sur soi et renforcement musculcaire

Avant même ses bonnes prestations, c’est surtout la transformation physique de Leon Goretzka qui a tapé dans l’œil des observateurs de la Bundesliga.

Visiblement, l’ancien joueur de Schalke 04 n’a pas chômé pendant le confinement, en profitant pour accroître sa masse musculaire.

Ce travail physique, au-delà d’optimiser sa réussite dans les duels, symbolise surtout une prise de conscience chez le joueur formé à Bochum.

Trop longtemps dans l’ombre d’un milieu de terrain déjà bien pourvu (Kimmich, Thiago, Tolisso, Javi Martinez), Goretzka a décidé de passer à la vitesse supérieure afin de montrer qu’il est à la hauteur des ambitions d’un club qui n’avait pas eu à dépenser le moindre centime pour le recruter.

Son début de saison, retardé par une blessure à la cheville, a donc été gâché : il n’a même pas disputé 30 minutes sous les ordres de Niko Kovac avant le départ de ce dernier.

Fort heureusement, son successeur Hansi Flick a tout de suite su témoigner sa confiance au joueur de 25 ans, qui n’a d’ailleurs pas quitté le onze de départ depuis la reprise face à l’Union Berlin, le 17 mai dernier.

S’il s’était déjà révélé prolifique pour un milieu de terrain (9 buts la saison passée, 7 cette saison), Goretzka peinait à convaincre sur l’ensemble d’un match, touchant trop peu de ballons.

Un véritable problème quand on connaît le système de jeu des bavarois, organisés en 4-2-3-1, ce qui demande au double pivot du milieu de prendre ses responsabilités avec le ballon.

Le 11 type du Bayern en ce moment.

Difficile de dire si c’est le mécontentement des supporters ou les critiques du staff qui ont poussé Goretzka à hausser de manière significative son niveau de jeu – sans doute un peu des deux – en tout cas, le voilà désormais bien plus performant dans son jeu avec ballon.

Polyvalence, volume de courses et finition : le profil idéal

Dans le football moderne, c’est la polyvalence qui prime, peu importe le poste.

Et tout particulièrement au milieu de terrain, où les entraîneurs des grandes écuries européennes ne peuvent plus se permettre de se reposer sur des joueurs uniquement performants dans un domaine, à l’image d’un Javi Martinez mis sur la touche en raison de ses difficultés dans le jeu avec ballon.

Goretzka, lui, présente le profil rêvé, voilà d’ailleurs pourquoi il y avait un sentiment de gâchis dans les rangs bavarois quand ce dernier n’exploitait pas encore tout son potentiel.

À l’aise balle au pied, il excelle également dans son jeu sans ballon, l’une des qualités qu’il a développé le plus tôt. Que cela soit à Schalke ou également en sélection nationale, l’allemand a souvent impressionné par son gros volume de courses pour effectuer l’essuie-glace.

Pas étonnant que le Bayern se soit positionné sur un joueur dont les qualités athlétiques lui permettent de répéter les contre-efforts tout au long d’une rencontre.

Un autre de ses points forts, présent dans son jeu depuis un moment, réside dans sa capacité à se projeter aux abords de la surface adverse. Les fans de Football Manager y verront le milieu box-to-box idéal, capable d’apporter le surnombre dans la défense adverse en arrivant lancé, et sur qui il est donc très délicat de défendre.

Lorsque le Bayern développe le jeu sur les ailes et conclut un temps de possession par un centre, l’ancien joueur de Schalke arrive très souvent lancé, prêt à propulser le ballon de la tête dans les filets adverses. Sinon, il est également souvent présent aux abords de la surface, afin de profiter des seconds ballons pour tenter une éventuelle frappe.

S’il n’a pas la précision technique ni la vista de son coéquipier Thiago Alcantara, Goretzka reste néanmoins très adroit avec le ballon. Son sens du placement entre les lignes adverses, ainsi que son instinct, lui permettent souvent de créer le décalage sur des circuits de passes courtes. Il affiche une complémentarité de plus en plus intéressante aux côtés de Thomas Müller et de Robert Lewandowski, qu’il trouve naturellement. De quoi asseoir encore un peu plus sa légitimité dans le onze de départ.

Vers une concurrence avec Thiago ?

Le bonheur des uns fait le malheur des autres, c’est bien connu.

La montée en puissance de Goretzka semble déjà avoir fait une première victime dans l’esprit du board munichois, et il s’agirait du français Corentin Tolisso.

Arrivé un an avant son coéquipier du milieu de terrain, l’ancien lyonnais, au profil pourtant très polyvalent également, n’a pas convaincu en Bavière. Trop souvent blessé – on se rappelle tous de sa rupture des ligaments croisés en début de saison 2018-2019 – le français n’a pas pu se développer à la vitesse espérée par ses dirigeants.

Le repositionnement de Joshua Kimmich au milieu de terrain venant limiter encore davantage les places, l’avenir de Tolisso semble désormais s’inscrire en dehors de la Bundesliga.

L’autre grande question qui peut se poser, c’est pour quel double pivot optera Hansi Flick pour les grandes échéances à venir (Coupe d’Allemagne et Ligue des Champions).

En effet, l’ex-adjoint de Joachim Löw a trouvé un bon équilibre avec cette organisation en 4-2-3-1, dans laquelle Müller se retrouve dans son rôle préférentiel, à savoir celui d’électron libre derrière Robert Lewandowski.

Kimmich étant de son côté quasiment intouchable dans son registre plus défensif, la place restante devrait donc se jouer entre Goretzka et Thiago, deux joueurs très appréciés par Hansi Flick.

Pour le moment, c’est le tandem Kimmich-Goretzka qui était aligné, en raison des douleurs aux adducteurs ressenties par l’international espagnol.

La rechute de ce dernier, touché à l’aine à l’issue du dernier match de Pokal contre Francfort, devrait logiquement permettre à Goretzka de s’imposer encore un peu plus comme un titulaire en puissance.

Par ailleurs, le joueur de 25 ans dispose d’un autre atout : son tandem au milieu de terrain aux côtés de Joshua Kimmich arrange bien le sélectionneur allemand, Joachim Löw, qui compte sur les deux joueurs sous le maillot de la Mannschaft. De quoi convaincre Hansi Flick d’asseoir encore davantage cette belle complémentarité.

Au vu des absences de Thiago, Tolisso et Coutinho, le milieu de terrain du Bayern ne devrait donc pas beaucoup bouger d’ici la fin de saison, même si Flick profitera sans doute de l’avance en Bundesliga pour offrir du temps de jeu à Mickaël Cuisance.

Crédits photo de couverture : Steffen Prößdorf – Wikipédia – Attribution-ShareAlike 4.0 International (CC BY-SA 4.0)

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez
Read previous post:
Paderborn 07 – Werder Bremen : le match de la peur

Samedi 13 juin, à 15h30, un match crucial aura lieu, tant pour les joueurs que pour les fans. Nous parlons...

Close