Recomercredi : La La Land, une explosion de couleurs pour fêter le printemps11 min read

Recomercredi : La La Land, une explosion de couleurs pour fêter le printemps11 min read

Alors que le confinement peut nous paraître déprimant, il est l’occasion rêvée pour prendre le temps de nous cultiver ! Puisque plus aucun film ne peut sortir en salle le mercredi, nous avons décidé de vous proposer le recomercredi. Le principe est simple : une recommandation ciné tous les mercredis, jusqu’à nouvel ordre !

Et pour nous consoler de cette terne solitude, enfermés entre quatre murs alors que le beau temps repointe le bout de son nez, quoi de mieux que La La Land ? Quoi de mieux que de profiter des musiques formidables de cette oeuvre de Damien Chazelle, de son histoire touchante, et enfin de tout ce travail autour des couleurs ? Allez, allons à la découverte de ce magnifique film !

La La Land, qu’est-ce que c’est?

Pour ceux qui l’auraient raté, le deuxième film de Damien Chazelle (Whiplash, 2014, First Man, 2018), sorti en 2017, nous raconte l’histoire d’amour entre Sebastian (Ryan Gosling) et Mia (Emma Stone). L’histoire se déroule au cœur du Los Angeles des artistes et des rêveurs. Au début du film, Mia, actrice en devenir, travaille en tant que serveuse et sert des cafés aux stars qu’elle rêverait de devenir. Sebastian, lui, est un pianiste talentueux, passionné de jazz, mais qui doit se contenter de jouer des musiques de Noël pour des gens qui ne l’écoutent même pas. La vie des deux protagonistes n’est pas toute rose donc, malgré l’environnement dans lequel ils évoluent et les rêves auxquels ils aspirent, mais l’arrivée des beaux jours et de l’amour leur réservent de belles surprises…

Une histoire plus compliquée qu’il n’y paraît

Même si l’idylle amoureuse des deux protagonistes peut paraître futile pour certains et que donc, en adéquation, le scénario peut être perçu comme vide, il n’en est rien. En effet, le film traite de différents sujets intelligemment et soulève de nombreuses questions.

Tout d’abord, il révèle à tous la beauté de l’amour, ce que ce sentiment peut nous apporter, comment la personne que l’on aime peut nous aider à nous élever. Avant tout, il nous donne envie de tomber amoureux, et de réaliser nos rêves. Moi-même, l’ayant vu à un âge où l’on n’a pas encore énormément de recul sur le sujet, j’ai été touché par la beauté de cette histoire.

Cependant, on ne nous dépeint pas non plus une histoire niaise, où tout est facile, comme peuvent le laisser penser les premiers mois de l’amour entre Mia et Sebastian. Au contraire, on nous montre que ces premiers mois d’amour fou – que tous ceux qui sont tombés amoureux au moins une fois ont connu – peuvent vite être rattrapés par la monotonie et l’ennui, voir l’agacement.

Par ailleurs, le film traite aussi de notre rapport à nos rêves. Nous nourrissons tous des désirs, des envies ancrées au plus profond de notre âme, qui nous poussent à agir de manière à entretenir la flamme, ou à faire éclore nos projets. Mais la vie est semée d’embûches, et à plusieurs reprises nous sommes amenés à nous remettre en question, à hésiter, et parfois abandonner. La La Land est un cri du cœur, un cri qui vous dit : “croyez y, entourez vous de personnes qui y croiront avec vous, et vous y arriverez“.

Cependant, le film montre aussi très bien à quel point il est facile de se perdre dans ses rêves. Aussi, Mia et Sebastian devront résister aux tentations s’ils veulent rester sur la bonne route et continuer à vivre leur amour. Parfois, la flamme est si vive qu’on s’y brûle, et pour faire de ses rêves des réalités, il faut savoir garder les pieds sur terre (ne pas faire comme Icare).

Une bande originale époustouflante

La La Land a remporté, entre autres, les Oscars de la meilleure bande originale et de la meilleure musique originale (City Of Stars)

Composées par Justin Hurwitz (déjà compositeur de Whiplash, premier long métrage de Chazelle), les musiques sont une des forces majeures du film. La La Land fait partie de ces œuvres qui vous poussent à vous intéresser aux choses que vous ne connaissez pas assez.

Petite anecdote sur Whiplash : en vérité, Damien Chazelle avait écrit La La Land bien avant. Mais le film était trop dur à produire, et Chazelle devait d’abord faire ses preuves. Entreprise totalement réussie avec Whiplash qui est, au même titre que La La Land, un film à voir.

La passion de Chazelle pour le jazz se ressent durant tout le film, à travers le personnage de Sebastian qui défend ce style corps et âme. Cette passion vous dévore à votre tour, tant les musiques et l’ambiance vous ensorcellent. Je me souviens avoir écouté en boucle la bande son du film après l’avoir vue, puis les discographies d’artistes tels que Duke Ellington, que je ne connaissais pas du tout avant.

Un film peut aussi avoir cette utilité, au delà de vous véhiculer des émotions, il peut vous faire découvrir des choses. Et il n’y a rien de plus beau que la déclaration d’amour d’un auteur envers ce qui l’anime. Sans nul doute, le scénario perdrait de sa saveur sans cette bande originale, qui devient presque un personnage à part entière.

La La Land, une histoire racontée par les couleurs

C’est une des choses qui m’a le plus frappé au premier visionnage (avec la musique) : l’esthétique. Comme dans les films de Jacques Demy (Les Parapluies de Cherbourg, 1964, Les Demoiselles de Rochefort, 1967, etc.), auxquels rend hommage Damien Chazelle, les couleurs sont très vives, et le film se veut, esthétiquement parlant, tout simplement très beau.

Pourtant, même si c’est ce qui est le plus frappant en premier visionnage, tout n’est pas seulement question d’esthétique. Les couleurs ont toujours été utilisées par les cinéastes afin de transmettre des émotions, de faire dire certaines choses à leurs personnages. Puisque chacune de celles-ci ont un sens dans notre imaginaire, elles sont facilement utilisables pour nous manipuler, ce qui est le propre du cinéma. Mais La La Land va plus loin, en utilisant les couleurs pour raconter toute son histoire.

Je pourrai me lancer ici dans une analyse factuelle, plan par plan. C’est en quelque sorte ce que je souhaitais faire au début, à l’image de cette excellente vidéo de François Theurel que je vous recommande fortement de regarder à la suite de votre visionnage.

Mais je n’ai aucune envie de vous spoiler, et vous apprécierez surement encore plus le film en faisant votre propre analyse. Puisque, en effet, nous pouvons chacun avoir une lecture différente de ce que signifient les couleurs.

Ce qui peut être bon à savoir cependant, afin de faciliter votre lecture du film, c’est que ce dernier est chapitré. Chaque saison constitue un chapitre, le premier étant l’hiver. Durant les deux premiers chapitres, les couleurs sont très vives, souvent unies (le bleu de Mia qui se rattache à ses rêves), ce qui provoque un effet d’irréel, de fantasme. Par la suite, avec les désillusions et les difficultés rencontrées par les personnages, le réel reprend sa place, avec des couleurs ou des éclairages plus mornes (chemise noire de Sebastian qui remplace la chemise blanche de toute la première moitié du film). Certaines couleurs sont directement consacrées à certains événements, à l’image du vert par exemple…

Une chose est sûre, les nombreuses récompenses reçues par La La Land pour sa photographie, ses costumes, ou de manière plus générale sa réalisation, ne sont absolument pas déméritées. A chaque visionnage on découvre quelque chose de nouveau, que l’on n’avait pas remarqué, et c’est un film agréable à analyser de part son ambiance, sa beauté, ses musiques…

Conclusion

J’aurai pu aussi toucher quelques mots sur les prestations de Ryan Gosling et Emma Stone… Mais est-il réellement nécessaire d’encenser une nouvelle fois les deux acteurs qui ont reçu, en 2017, l’Oscar et le Golden Globe de la meilleure actrice ainsi que le Golden Globe du meilleur acteur ? En fait, est-il réellement nécessaire d’encenser une nouvelle fois le film fort de 21 nominations et de 24 prix ?

Le discours de Damien Chazelle après avoir reçu l’Oscar du meilleur réalisateur, en 2017. Il est le plus jeune cinéaste à avoir reçu ce prix. Lors de cette même soirée, l’équipe de La La Land raflait les Oscars de la meilleure actrice, de la meilleure photographie, des meilleurs décors, de la meilleure bande originale et de la meilleure chanson originale. Le film était nommé, entre autres, dans les catégories du meilleur film, du meilleur acteur, et des meilleurs costumes.

La La Land est un chef d’oeuvre, une proposition magnifique de cinéma, que vous devez voir. Je ne dis pas que vous aimerez, peut être n’êtes vous pas sensible au genre de la comédie musicale, et peut être ne serez vous pas sensible à l’histoire racontée. Mais, pour l’amour du cinéma, de la beauté et de l’art, La La Land est définitivement un film à voir.

Bon visionnage à vous ! Nous nous retrouvons la semaine prochaine, pour une nouvelle recommandation. En attendant, cultivez vous, reposez vous, mais surtout, restez chez vous !

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez
Lire les articles précédents :
Bercy eSport
2020, année de l’eSport en France ?

L'eSport se développe de plus en plus en France sous l'impulsion de streamers et influenceurs désireux de rendre l'eSport universel.

Fermer