Test de Tourist Bus Simulator : un jeu efficace3 min read

Test de Tourist Bus Simulator : un jeu efficace3 min read

Le jeu m’a gracieusement été offert, pour test, par TML Studios. Nouvelle Vue appliquant la charte de Munich, nous nous engageons à ne recevoir aucune consigne directe ou indirecte lors de la rédaction de cet article.

Sorti le 6 décembre 2018, Tourist Bus Simulator vous propose une expérience de conduite, comme TML en a le secret, mais aussi une expérience de gestion d’une société d’autocars.

Une fois le jeu ouvert, vous êtes embarqués à Fuerteventura (dans les Canaries) et vous arrivez à l’aéroport, mais pas le temps de tergiverser !

Vous devez tout de suite prendre votre voiture (pensez à régler vos touches) pour aller à votre entreprise. Et là, tout s’enchaîne : vous créez votre entreprise, vous achetez votre car et vous embarquez vos touristes !

Niveau conduite, le car est tout aussi beau et plaisant à conduire que lors de mon précédent test de Fernbus Simulator ! Les touches sont multiples et tout peut se contrôler, l’expérience reste néanmoins optimale au volant.

Tourist Bus Simulator | Aerosoft Shop

Bien évidemment, tout ne tombe pas du ciel. Il vous faudra apprendre à conduire dans les rues parfois vraiment serrées de Fuerteventura mais il vous faudra aussi gérer les autres conducteurs sur la route qui sont parfois imprudents. Parfois, la conduite est vraiment limite, on passe tout proche d’un accident, mais c’est ce qui rend le jeu d’autant plus réaliste !

Comme je l’ai dit, TBS implique aussi de posséder son entreprise, ce qui n’est pas de tout repos. En effet, gérer son entreprise implique tout ceci :

  • Gestion de flotte étendue, incluant l’entretien ;
  • Gestion du personnel et recrutement de chauffeurs, guides et mécaniciens ;
  • Entretien des véhicules : ravitaillement en carburant, réparations, service dans son atelier propre ou en sous-traitance ;
  • Gestion du stock de pièces de rechange de la compagnie de bus, des assurances, de l’abonnement wifi, de la restauration, etc ;
  • Soutien des employés dans leurs recherches d’appartements, de gymnases, de plages et de bars ;
  • Étendre son dépôt pour des véhicules supplémentaires .

Pour le volet gestion, TML a également apporté un petit plus non négligeable : dans le jeu on doit se trouver un logement pour y habiter !


L’avis final

Encore une fois, chapeau bas à TML qui fait beaucoup d’efforts pour ses jeux. Une partie des soucis de Fernbus Simulator sont réglés, et l’expérience (bien que se déroulant sur un territoire moins large) est très prenante et dynamique. Le système de gestion d’entreprise fait grand bien au jeu.

PS : je n’ai pas pensé à prendre de captures d’écran, les images proviennent donc toutes d’Internet.

Les plus :

  • Des paysages très beaux et typiques des Canaries ;
  • TML est au service de ses joueurs et fait beaucoup d’efforts ;
  • Le système de gestion d’entreprise apporte un véritable plus !

Les moins :

  • Soucis d’optimisation ;
  • Manque de “pénalités” de conduite (comme des radars par exemple) ;
  • Peut-être encore un petit manque sur l’IA.

La note : 14,5/20

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez
Read previous post:
Neurchibald de Tintin
Neurchibald de Tintin : quand les neurchis revisitent les œuvres d’art avec brio

Quand nos neurchis ont du talent, ils revisitent les oeuvres d'arts à leur manière. Et c'est souvent avec brio.

Close