Wolfsburg 2008-2009 : le miracle vert et blanc14 min read

Wolfsburg 2008-2009 : le miracle vert et blanc14 min read

Le 23 mai 2009 restera à jamais dans les mémoires des supporters de Wolfsburg. En disposant 5-1 du Werder Bremen, les “Wölfe” remportent la Bundesliga et ainsi le premier titre de leur histoire au nez et à la barbe du Bayern Munich, tenant du titre et favori incontestable de la compétition. Porté par le duo d’attaque légendaire Dzeko-Grafite, 54 buts à eux deux, Wolfsburg signe une phase retour de championnat folle en signant notamment un record de 10 victoires d’affilée ! Retour sur un des plus grands exploits de l’histoire de la Bundesliga. 

Contexte 

Après avoir terminé à une belle 5ème place lors de la saison précédente, peu d’experts voyaient le VfL Wolfsburg faire encore mieux lors de l’exercice 2008/2009. Felix Magath, l’entraîneur en poste depuis 2007, avait réussi à sortir le club du ventre mou et à le ramener en compétition européenne, un véritable exploit à l’époque. Mais le VfL dépasse toutes les attentes lors de la saison 2008/2009. Outre un jeu offensif probant (80 buts sur la saison) qui permet à Wolfsburg de finir avec la meilleure attaque du championnat, les joueurs de Magath ont aussi profité de l’inconstance du Bayern. Ces derniers avaient pourtant remporté la Bundesliga la saison précédente haut la main en ne concédant que deux défaites. Mais les dirigeants bavarois surprennent lorsqu’ils nomment le jeune Jurgen Klinsmann, pourtant sans expérience de club, à la tête de l’équipe. Le technicien allemand peine à imposer sa patte et est licencié en avril au profit de Jupp Heynckes. 

Mais la réussite de Wolfsburg est avant tout celle d’un homme en particulier. Un homme qui a révolutionné le club à son arrivée, le coach Felix Magath. 

Un coach bien particulier : Felix Magath

Auparavant entraîneur au Bayern entre 2004 et 2007, Felix Magath était devenu le premier entraîneur de Bundesliga à réussir deux doublés coupe-championnat consécutifs. L’ex-international allemand est mis à pied par le champion d’Allemagne après quelques tensions en interne et avec les joueurs, et est remplacé par Ottmar Hitzfeld. Magath s’engage donc à Wolfsburg lors de l’été 2007, seulement deux mois avant la reprise du championnat. Il y remplace Klaus Augenthaler, qui avait tout juste réussi à maintenir le club en Bundesliga lors de la saison précédente.

Felix Magath a son mot d’ordre : “La qualité vient de la souffrance”. Ses entraînements exigeants sont basés sur des exercices physiques à haute intensité. Si bien que Grafite, épuisé lors d’une randonnée à haute altitude, s’évanouit lors du stage de pré-saison.  Une autre spécialité des entraînements de Magath : le jeu d’échec. Afin d’améliorer la compréhension tactique de ses joueurs, Magath organise régulièrement des parties d’échec, un jeu qu’il compare souvent au football. Mais la touche Magath, c’est aussi un recrutement intensif. Le technicien allemand fait venir dès son arrivée des joueurs encore inconnus au grand public comme Edin Dzeko ou Grafite, et n’hésite pas à recruter des joueurs aux quatre coins du monde en allant prospecter au Japon, au Brésil ou encore en République tchèque. En deux saisons à Wolfsburg, Magath fait venir un total de 30 joueurs en dépensant en tout seulement 55 millions d’euros. Pratiquement toute l’équipe-type de l’année du titre est ainsi constituée de “transferts Magath”. 

A Wolfsburg, Magath base son système de jeu sur la présence de deux attaquants, Grafite et Dzeko, soutenus par un milieu offensif laissé très libre sur le terrain, Zvjezdan Misimovic . Avec son 4-4-2 concentré dans l’axe, pratiquement en losange, Magath pousse ses équipes à remporter la bataille du milieu de terrain, essentielle selon lui pour gagner des rencontres. 

L’équipe-type du titre

Le 4-3-1-2 de Wolfsburg version 2008/2009

Diego Benaglio (31 matchs) : Arrivé en janvier 2008 en provenance du club portugais CD Nacional, le gardien international suisse s’impose comme le numéro 1 du club devant Simon Jentzsch, auteur de plusieurs matchs très moyens. Benaglio, qui a aussi joué sous les couleurs de Stuttgart, devient rapidement une référence à son poste en Bundesliga avec Wolfsburg et reste en Allemagne jusqu’en 2017 avant son départ pour l’AS Monaco.

Sascha Riether (28 matchs, 2 buts) : Le défenseur allemand fait lui aussi partie des joueurs que Magath fait venir au club. Arrivé en 2007 en provenance de Freiburg, Riether s’impose rapidement comme titulaire incontestable. Il dispute ses premiers matchs européens et remporte aussi son premier titre sous les couleurs de Wolfsburg. Ses prestations de haute volée lui valent même d’être sélectionné en 2010 en équipe d’Allemagne. 

Andrea Barzagli (34 matchs, 0 but) : Après avoir passé 10 ans en Italie, le défenseur arrive lors du mercato d’été 2008 à Wolfsburg pour une somme record pour le club, atteignant les 14 millions d’euros. L’international italien s’adapte vite et explose en Bundesliga où il devient dès le début le patron de la défense des “Wölfe”. 

Alexander Madlung (24 matchs, 3 buts) : Au club depuis 2006, Madlung peine à s’imposer sous Magath, qui lui préfère plusieurs fois le slovaque Peter Pekarik en défense centrale. Il arrive malgré tout à totaliser 24 matchs en Bundesliga et se révèle être un grand danger sur coups de pied arrêtés en inscrivant 3 buts de la tête.

Marcel Schäfer (34 matchs, 0 but) : Comme Riether, le latéral gauche allemand arrive à Wolfsburg sur choix de Magath en provenance du 1860 München, alors en seconde division. Et comme son coéquipier du côté droit, il s’impose comme titulaire dès ses débuts. Avec 6 buts et 4 passes décisives en 29 matchs pendant la saison 2007/2008, Schäfer se révèle être un véritable poison pour les défenses de Bundesliga. Lors de celle du titre, il ne marque tout de fois pas de buts mais distribue un total de 7 passes décisives et ravit les supporters par sa qualité de centre. 

Josué (33 matchs, 0 but) : Inconnu du public européen, le milieu défensif brésilien arrive en provenance de Sao Paulo au Brésil en 2007. Après le départ de son compatriote brésilien Marcelinho de Wolfsburg, Josué devient le capitaine de l’équipe pour la saison 2008/2009.  Imperturbable, le petit milieu brésilien s’adapte vite et devient la clé de voûte du système de Magath basé sur le milieu de terrain. 

Christian Gentner (34 matchs, 4 buts) : Avec Schäfer et Barzagli, Gentner fait partie des trois seuls joueurs à avoir disputé tous les matchs de sa saison. Précieux au milieu de terrain, l’ex-joueur de Stuttgart, que Magath avait aussi fait venir en 2007, signe une saison remarquable avec 4 buts et 9 passes décisives qui font de lui le deuxième meilleur passeur de l’exercice derrière Misimovic. 

Makato Hasebe (25 matchs, 0 but) : En signant à Wolfsburg en janvier 2008, Hasebe signe sa première expérience en Europe. Auparavant au Japon, chez les Urawa Red Diamonds, le japonais met du temps à s’adapter à la Bundesliga mais dispute tout de même 25 matchs lors de la saison du titre, Magath lui préférant par moments le tchèque Jan Simunek. Au total, Hasebe signe 4 passes décisives en championnat mais n’inscrit aucun but. 

Zvjezdan Misimovic : (33 matchs, 7 buts) : Le meneur bosniaque, coeur du jeu offensif des “Wölfe”, établit un record de passes décisives en Bundesliga avec un total de 20 en une saison. L’ex-joueur du Bayern fait notamment briller la paire d’attaque Grafite-Dzeko mais se démarque lui aussi en signant 7 buts. En étant impliqué dans un total de 27 buts, Misimovic régale les supporters de Wolfsburg et signe la meilleure saison de sa carrière. 

Grafite (25 matchs, 28 buts) : L’attaquant brésilien, auparavant au Mans en Ligue 1, arrive aussi à Wolfsburg en 2007. Pour sa deuxième saison avec les “Wölfe”, le brésilien explose et signe lui aussi sa meilleure saison. Son association avec Dzeko le sublime et il signe 28 buts et 8 passes décisives, dont un but devenu légendaire face au Bayern qui sera même nommé pour le prix Puskas. A la fin de saison, l’avant-centre est élu “Fussballer des Jahres” de la Bundesliga par les internautes. 

Edin Dzeko (32 matchs, 26 buts) : Avec Grafite, le bosniaque forme une paire redoutable lors de la saison du titre. En inscrivant 54 buts, les deux battent le record de buts de la paire Uli Hoeness et Gerd Müller qui était de 53 buts en une saison. Après avoir ébloui le championnat tchèque, Dzeko met aussi la Bundesliga à ses pieds, à seulement 23 ans.

Le déroulé d’une saison devenue mythique

Un début timide

Wolfsburg commence timidement sa saison avec une victoire difficile 2-1 face au promu du FC Cologne. Les joueurs de Magath enchaînent avec trois nuls sur le même score, 2-2, d’abord à Bochum puis à domicile face à Francfort et enfin sur le terrain du Hertha Berlin. Mais le VfL signe ensuite une bonne opération en s’offrant une victoire face au leader Hambourg, 3-0. Un succès qui ne lancera pas tout de suite la saison de Wolfsburg, qui chute ensuite sur le terrain de sa bête noire Karlsruhe 2-1, avant de concéder un nouveau match nul 2-2, cette fois sur la pelouse du Schalke 04.

Wolfsburg à la peine à l’extérieur

Si les joueurs de Felix Magath savent convaincre à domicile avec de beaux succès face à Bielefeld (4-1), Mönchengladbach (3-0) et Cottbus (3-0), ils peinent à s’imposer à l’extérieur. Toujours sans victoire hors de leurs terres, les verts et blancs encaissent trois revers, sur les pelouse du Bayern Munich (4-2), du Bayer Leverkusen (2-0) et ensuite de Hoffenheim (3-2). Malgré une bonne fin de première partie de saison avec deux victoires, un nul et une défaite, Wolfsburg paye son inconstance et se place à la mi-saison à la 9ème place, à 9 points du leader Hoffenheim, qui devance le Bayern grâce à une différence de buts favorable. Wolfsburg est victime de son inconstance et rêve alors seulement de se qualifier pour une compétition européenne. Une inconstance aussi due à l’exigence de la phase de groupe d’Europa League qui a grandement fatigué une partie de l’effectif.

Wolfsburg inarrêtable

Après un nul à Cologne (1-1), Wolfsburg démarre bien la phase retour et s’impose à domicile 2-0 face à Bochum. Un match qui sonne le début d’une incroyable série car le VfL remporte ses 9 rencontres suivantes ! Après leur succès face à Bochum, Dzeko et ses coéquipiers se déplacent à Francfort et signent enfin leur premier succès à l’extérieur en s’imposant 2-0 et brisent ainsi leur malédiction. Tous les voyants sont au vert pour Wolfsburg qui fait ensuite tomber le leader Hertha Berlin à domicile (2-1), en renversant l’équipe de la capitale dans le dernier quart d’heure. Les joueurs de Magath font ensuite chuter, comme au match aller, le nouveau leader provisoire Hambourg. En s’imposant 3-1 dans le nord, Wolfsburg fait le plein de confiance et semble imperturbable. Les joueurs de Magath enchaînent avec deux nouveaux succès à domicile : 1-0 face à Karlsruhe puis 4-3 dans un match fou face à Schalke, permettant au VfL de se hisser pour la première fois sur le podium, à la 3ème place. Un excellent Benaglio et une efficacité offensive redoutable permettent aux “Wölfe” de remporter ensuite un troisième succès à l’extérieur, 3-0 sur la pelouse de Bielefeld. C’est ensuite le Bayern qui se dresse sur la route de l’inarrêtable équipe de Magath. Un match aux airs de revanche et qui ressemble fortement à un test pour la course au titre.

Wolfsburg-Bayern : le match référence

C’est un match de légende dont tout supporter de Wolfsburg se souvient encore aujourd’hui. Face au favori bavarois, c’est l’occasion pour Magath et ses joueurs de prendre leur revanche et d’affirmer sérieusement leurs envies de titre. Décomplexés, les joueurs de Wolfsburg humilient le Bayern et s’imposent 5 buts à 1. Christian Gentner ouvre le score pour le VfL en reprenant complètement seul au premier poteau un corner de Misimovic (44’). Luca Toni répond au milieu de terrain en marquant juste avant la mi-temps lors d’un cafouillage dans la surface de Wolfsburg (45’). De retour des vestiaires, les “Wölfe” passent au niveau supérieur et écrasent les bavarois. Dzeko, d’abord, reprend un centre parfait de Schäfer (63’), et signe deux minutes plus tard un doublé en prenant Michael Rensing à contre-pied à l’entrée de la surface de réparation. C’est ensuite à Grafite de signer deux buts. Le brésilien se joue de Dante pour croiser sa frappe (74’) avant de signer un but de génie. Le brésilien, lancé sur le côté gauche, repique vers l’axe en se jouant de deux défenseurs et de Rensing puis conclut à bout portant d’une talonnade. Le 5ème et dernier but de Wolfsburg. Un but pour l’éternité. Pour la première fois de la saison, Wolfsburg est leader de Bundesliga. 

Un sprint final complètement fou

Inarrêtable, Wolfsburg enchaîne avec deux succès, d’abord à Mönchengladbach (1-2) puis face à Leverkusen sur le même score, la 10ème victoire d’affilée. Record battu en Bundesliga. Chaque bonne série a une fin et les “Wölfe” chutent ensuite sur le terrain de Cottbus (0-2), mais se reprennent à domicile en étrillant Hoffenheim (4-0) et conservent leur première place. Le prochain match, sur le terrain du concurrent direct Stuttgart, s’annonce crucial, mais les joueurs de Magath ratent le coche et concèdent une lourde défaite (4-1), marquée par un quadruplé de Mario Gomez. Le VfL conserve certes la première place mais voit le Bayern revenir à égalité de points. Le suspense est à son comble mais Wolfsburg ne fera plus de faux pas. Après une nouvelle victoire éclatante 3-0 à domicile face au BVB, le VfL s’impose sans trembler 5-0 dans le “Niedersachsen-Derby” face à Hanovre. Une victoire encore plus importante car le concurrent bavarois concède un nul 2-2 à Hoffenheim. Les “Wölfe” ont donc juste besoin de remporter le dernier match à domicile face à Bremen afin d’être sacrés champions. 

Wolfsburg-Bremen : L’extase

Devant leur public, les joueurs de Magath ne font qu’une bouchée de malheureux brêmois qui avaient perdu trois jours auparavant la finale d’Europa League face au Shakhtar Donetsk (2-1). La rencontre débute bien et Misimovic ouvre le score dès la 6ème minute. Le premier but depuis 7 matchs que ni Dzeko ni Grafite n’inscrivent ! Le futur champion d’Allemagne déroule ensuite et Grafite fait le break (15’) avant de pousser Sebastian Prödl à marquer contre son camp suite à un centre puissant (26’). Tous les voyants sont au vert et la réduction du score par Diego (31’) reste anecdotique. Au retour des vestiaires, l’inévitable Grafite reprend un coup franc de la tête (56’) et Dzeko conclut la démonstration des Wölfe à un quart d’heure de la fin (74’). Un bon quart d’heure plus tard, l’arbitre Fynn Kohn siffle la fin du match et envoie tout Wolfsburg au septième ciel. Le terrain est envahi et la ville chavire de bonheur. Le VfL, qui avait eu la possibilité d’obtenir son premier titre en finale de coupe d’Allemagne en 1995 (défaite 3-0 face à Magdeburg), remporte enfin son premier trophée après 64 ans d’existence.

Cette saison-là, Wolfsburg a marqué à jamais l’histoire de la Bundesliga et fait partie des équipes les plus improbables ayant remporté la compétition. Le club perd néanmoins à la fin de la saison le coach Magath, qui signe à Schalke. Depuis, Wolfsburg a eu du mal à se mêler à nouveau à une course au titre mais réussit tout de même à se classer à la seconde place en 2014/2015, derrière l’inévitable Bayern. Après avoir passé deux saisons dans le bas de tableau à lutter pour le maintien, les “Wölfe” ont repris du mordant en Bundesliga et ont renoué avec les places européennes la saison dernière. Les joueurs du coach actuel Oliver Glasner occupent actuellement la septième place du classement et se sont même qualifiés pour les 8èmes de finale d’Europa League qu’ils devaient disputer face au Shakhtar Donetsk.


Crédits photo de couverture : funky1opti – Flickr – Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0)

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez
Read previous post:
Disney + : une réussite assurée ?

Disney + débarque demain 7 avril en France. Les films et séries Disney, Pixar, Star Wars, Marvel et National Geographic...

Close